La lagune de Gallocanta.

 

 

Foto Juan Antonio Viñuales

 



À 12 km de Calamocha (province de Teruel, Espagne), au fond d’un grand bassin à un effondrement tectonique, la lagune de Gallocanta est une des plus grandes de la Péninsule et dépasse les 1 000 ha de superficie. Cette lagune salée est un endroit emblématique autant dans la région que en dehors, ceci grâce à l'arrivée de milliers de grues, en provenance du nord de l'Europe, qui viennent ici passer l'hiver. La zone a été déclarée Zone humide d’intérêt national et Zone d’intérêt particulier pour l’avifaune.

 

 

 

 

 

La Grue cendrée mesure de 115 à 130 cm. C'est le plus grand échassier européen. Son plumage gris n'est égayé que par une petite calotte rouge vif au sommet du crâne, et une bande blanche qui part de l'oeil et descend de chaque côté du cou. Oiseau migrateur, le principal site d'hivernage des grues en Europe est la lagune de Gallocanta en Espagne. On peut dire que la Grue cendrée rythme les saisons des hommes. Ses longs voyages sont suivis à travers l´Europe par de nombreux observateurs pasiones. Chaque année, à la même époque, 70.000 à 75.000 grues traversent l'Europe du Nord au Sud.

 

 

 Foto Josep Gener i Esteve

 

 

En Octobre, on rencontre les grues au nord de l'Allemagne, dans l'île de Rügen. Puis quelques jours après, la première grosse vague débute.  Leur retour annonce les premiers froids. À partir la mi-octobre, les premiers vols sont signalés pour la France en Meurthe-et-Moselle, dans les Ardennes. Très importante et concentrée, cette première phase totalise au moins 30 000 grues cendrées. La moitié s'arrête sur les grands lacs de Champagne Humide. L'autre moitié traverse la France et est observée sur le couloir habituel. Citons ainsi 12 000 individus observés dans la Nièvre, 9 000 en Creuse, 10 000 en Haute-Vienne et au-dessus du bassin d'Arcachon. Cette même semaine, il y a déjà des grues en Baie de l'Aiguillon et les oiseaux franchissent les Pyrénées par le col basque de Lizarrieta, dernière étape avant le grand voyage qui les ramènera en Espagne pour l'hiver.

 

 

 

Dès la fin février et tout au long de mars, c'est la pleine période des migrations de printemps des grues. Altitude comprise entre 150 et 600 mètres, vitesse moyenne de croisière de 60 km/h, leur arrivée précédée de «groou-groou» tapageurs se fait toujours dans le même ordre impeccable: forme en V ou en double V pour que chacune ait une vue dégagée de l'avant, sans quitter de l'oeil sa voisine ni perdre les avantages aérodynamiques. Sur la route qui les conduit du sud de l'Espagne au nord de l'Europe, les grues traverseront la France et, après quelques heures ou jours de repos, s'envoleront vers le nord de l'Europe, pour nidifier et accompagner les premiers pas de leurs petits. Avant elles s´auront rassemblées par milliers sur l'île suédoise d'Oland.