L´occultation de Vénus par la Lune, le premier Décembre 2008.

 

À quelques degrés près, toutes les planètes tournent autour du Soleil dans un même plan, appelé « plan de l'écliptique ». À 4° près, la Lune tourne aussi autour de la Terre dans ce même plan. Cela se traduit de la manière suivante dans les observations : vus depuis la Terre, Soleil, Lune et planètes se déplacent apparemment sur la voûte céleste en suivant un même grand cercle, l'écliptique.

 

 

La Lune, le Soleil et les planètes suivent donc ce grand cercle, et passent leur temps à se doubler et parfois se croiser. Quand la Lune et une planète se rapprochent (apparemment), ou quand deux planètes se rapprochent, on parle de conjonction. Quand la Lune passe exactement devant une planète, elle la cache pendant plusieurs dizaines de minutes, et on parle d'occultation. Quand il y a une occultation, elle n'est pas visible de toutes les régions de la moitié de la Terre d'où l'on peut voir la Lune, car il faut que la planète, la Lune et l'observateur soient parfaitement alignés.

La Lune faisant un tour de l'écliptique en 1 mois, il y a 5 conjonctions/occultations théoriques par mois entre la Lune et les 5 planètes visibles à l'œil nu (Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne). Comme Lune et planètes n'orbitent pas parfaitement dans le même plan, les rapprochements vont des conjonctions relativement éloignées (les plus fréquentes et absolument pas spectaculaires) aux conjonctions proches, et beaucoup plus rarement, aux occultations. La moitié (statistiquement) de ces conjonctions/occultations ont lieu la nuit et sont parfaitement observables.

En ce début du mois de décembre, La Lune et Vénus seront basses sur l'horizon, et il faudra choisir un site d'observation dégagé vers le Sud-Ouest. L'occultation débutera environ au coucher du soleil. Le phénomène sera particulièrement spectaculaire, car la Lune sera réduite à un fin croissant. Le reste du globe lunaire pourra malgré tout être visible (selon la luminosité du ciel qui dépend de l'heure et de la brume), éclairé faiblement par une lumière grisée : la lumière cendrée. Cette partie grisée correspond à la partie nocturne du globe lunaire éclairée par la réflexion du Soleil sur la Terre. Et on aura la chance de voir Vénus disparaître derrière la partie cendrée du globe lunaire (ou dans le bleu du ciel si la partie sombre de la Lune n'est pas visible). Cela permettra de bien voir la disparition de Vénus sans être trop gêné par la forte luminosité du croissant lunaire. La réapparition de Vénus du côté du croissant très lumineux sera peut-être moins spectaculaire. La présence de Jupiter 1,5° en haut à droite du tandem Vénus-Lune complètera le tableau.