La tour de Dubaï, dans les Emirats Arabes Unis.

 

Avec ses 828 mètres de haut, la tour de Dubaï, dans les Emirats Arabes Unis, est la plus haute tour du monde, avec ses 160 étages.
La tour Tapei 101 était jusque là la plus haute, avec ses 508 mètres, hors antenne.
La tour Burj Dubai représente, selon son concepteur Adrian Smith, "l'unique lumière dans le désert". Pour l'imaginer, il s'est inspiré d'une plante uniquement cultivée à Dubaï et en Inde : le Hymenocallis. La tour, rebaptisée Burj Khalifa le jour de son inauguration, accueillera des restaurants, des commerces, et tout type de loisirs.

 

 

Les fondations ont nécessité plus de 45 000 m3 de béton, pesant plus de 110 000 tonnes, allié à l'acier, pour un total de 192 piles enfoncées sur plus de 50 mètres. Chaque pile mesurant 43 m de long par 1,5 m de diamètre. Un béton à haute densité et à basse perméabilité a été employé pour ce faire. Un système de protection cathodique est utilisé pour limiter la corrosion par les substances chimiques des eaux du sol.

Pour construire la tour, un total de 330 000 m3 de béton armé, de 39 000 tonnes de poutres en acier et de 142 000 m2 de verre pour les façades ont été utilisés. Le poids total d'aluminium employé dans la construction de Burj Khalifa est équivalent à celui de cinq avions gros porteurs Airbus A380.

Pour la circulation interne, un total de 57 ascenseurs, dont certains à double pont, et pas moins de 8 escaliers mécaniques sont installés. L'ascenseur le plus rapide peut atteindre en montée et en descente 10 m/s (soit 36 km/h).

Enfin 22 millions d’heures de travail ont été nécessaires à son édification.