Exercice 1 : De quoi parle-t-on dans ce journal ? Cochez les bonnes réponses en fonction de ce que vous entendez.

Dans ce journal, on évoque : 
les besoins des survivants suite au séisme en Haïti.
la recherche des disparus suite au séisme en Haïti.

le travail de la police pour maintenir l'ordre au sein de la population.
le travail des équipes de secours auprès des blessés.

les types de blessures qui seront soignées en priorité.
la décision de soigner en priorité les femmes et les enfants.

 

Exercice 2 : Dans quelle situation se trouvent les survivants en Haïti ? Sélectionnez dans la liste en fonction de ce que vous entendez.

Les survivants ont besoin d'eau et .

Il faut aussi très nombreux blessés.

On manque de médecins, d'hôpitaux et de .

Les équipes médicales n’ont jamais vu autant aussi graves.

 

Exercice 3 : Qu'apprend-on sur le travail des équipes médicales à Haïti ? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez.

Dans ce journal, on parle de l'organisation : 
Unicef.
Médecins sans frontières.
la Croix Rouge.

Sur place, les équipes médicales ont constaté : 
un refus des soins de la part des Haïtiens.
une désorganisation totale des secours.
un afflux massif de blessés.

La plupart des blessés auraient besoin : 
d'une assistance sanitaire quotidienne.
d'une prise en charge chirurgicale.
d'un régime alimentaire adapté.

 

Exercice 4 : Quelles expressions sont utilisées dans ce journal à la place des mots soulignés ? Sélectionnez dans la liste en fonction de ce que vous entendez.

Pour Médecins sans frontières, les blessés qui souffrent de plusieurs blessures graves seront prioritaires : les blessés seront prioritaires.

Il est en effet risqué de ne pas soigner immédiatement une blessure à vif : il est risqué de ne pas soigner une .

Il est donc urgent d'intervenir afin d'empêcher les évolutions défavorables de la blessure : il est urgent d'empêcher les .

Si la blessure n'est pas traitée à temps, les médecins peuvent être amenés à sectionner le membre atteint : les médecins peuvent être amenés à réaliser une .

Actuellement, le plus risqué pour les blessés est le développement des bactéries : le plus risqué pour les blessés est .

 

Exercice 5 : Vrai ou faux ? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez.

En Haïti, les opérations de secours internationales ne parviennent pas à s'organiser.
VraiFaux

Malgré l'intervention sur place d'équipes étrangères, le pays est encore dans une situation extrêmement critique.
VraiFaux

C'est la première fois que Médecins sans frontières doit intervenir sur autant de blessures graves en si peu de temps.
VraiFaux

Le directeur de MSF assure que ses équipes arriveront à traiter tous les blessés avant qu'il ne soit trop tard.
VraiFaux

Il redoute de devoir faire des opérations compliquées pouvant entrainer des handicaps chez les patients.
VraiFaux

 

Source: RFI, Déborah Gros.