Prothèses PIP : retrait à titre préventif

Créé le 23-12-2011 par Sciences et Avenir

 

La décision du ministère de la santé a été officiellement annoncée ce matin: l'explantation des prothèses mammaires PIP est souhaitable à titre préventif, même s'il n'y a pas rupture.

Le ministère de la santé a officiellement recommandé ce matin aux femmes porteuses d’implants mammaires de la marque PIP de retirer ces prothèses, même en l’absence de détérioration visible. Cela est décidé « à titre préventif et sans caractère d’urgence », précise le communiqué ministériel publié ce vendredi 23 décembre, sachant « qu’il n y a pas à ce jour de risque accru de cancer chez les femmes porteuses de prothèses de marque PIP en comparaison aux autres prothèses ».

Ce sont les risques de rupture –anormalement élevés avec les prothèses PIP- et le pouvoir irritant du gel utilisé pour les remplir qui motivent cet avis. En cas de fuite, l’inflammation provoquée par le gel de silicone non conforme rend difficile l’explantation des prothèses, précise le ministère.

Une étude épidémiologique doit être mise en place auprès des femmes dont les prothèses se sont rompues. A ce jour l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) recense 1051 cas de rupture avec les implants PIP, 386 réactions inflammatoires et 523 explantations préventives.

La France n’est pas le seul pays concerné par la fraude de la société varoise Poly Implant Prothèse, qui n’a pas respecté les normes sanitaires pour fabriquer ses implants en gel de silicone. 40.000 femmes britanniques portent des prothèses PIP, qui ont également été vendues en Italie, en Espagne, au Portugal, au Brésil, au Venezuela, en Colombie, au Chili, en Argentine… Aucun implant PIP n’aurait été vendu aux Etats-Unis, selon les informations du New York Times. Ce pays a imposé un moratoire sur les prothèses mammaires en gel de silicone de 1992 à 2006.

Sciences et Avenir.fr
23/12/11