L’œil et l’éléphant

 


 

 

L'éléphant se trouvait au bord d'un ruisseau.

L'eau coulait, claire et transparente.

Il eut envie de boire.

 

Il se pencha au-dessus de l'eau, trempa sa trompe et... plouf !

"Quoi ! Que ?... mais qu'est-ce que... AAAaaaarrrrggggghh j'ai

perdu mon œil !" s'écria l'éléphant au comble de la panique.

Effectivement, son œil droit s'était détaché de son orbite et

était tombé au fond du ruisseau.

 

Le mastodonte chercha à retrouver son précieux globe.

Il ne vit rien. Très inquiet, il agita sa trompe dans tous les

sens, cherchant à saisir son œil dans le lit du ruisseau.

Il remua tant et si bien que l'eau devint trouble. Plus il

agitait sa trompe et plus le sable remontait, compromettant ses

chances de retrouver une vue complète.

 

Soudain, l'éléphant entendit rire à gorge déployée.

Furieux, il releva la tête et vit, sur un rocher au bord de

l'eau, une petite grenouille verte. Elle riait, elle riait...,

la bouche grande ouverte :

 

- coaAH ! coAH ! coAH ! coAH !...

- Tu trouves ça drôle. J'ai perdu mon œil et ça te fait rire ?!

- Ce qui est drôle, c'est de voir à quel point tu t'agites.

Calme-toi, tout ira mieux !

 

L'éléphant, un peu honteux, suivit le conseil de la

grenouille. Il se calma et cessa d'agiter sa trompe.

L'eau redevint calme, peu à peu le sable retomba.

Tout au fond du ruisseau, l'éléphant vit son œil, intacte.

Il le saisit avec sa trompe, le remit dans son orbite, à sa place.

Sans oublier de remercier la grenouille verte.



["La précipitation vient du Diable ; Dieu travaille lentement." Proverbe persan]