Trabajo realizado por los alumnos del I.E.S. "Jerónimo Zurita" de Zaragoza

LE GôNE DU CHAÂBA

Chronologie

1830-1919: Colonie Française : Régime Militaire

1919: Fort Développement économique. Nombreux contingents d’Immigrants Italiens. Espagnols à Oran.

1942: Lors de La II guerre mondiale l’Algérie devient le siège du gouvernement provisoire français.

1944: La France promet un nouveau statut, mais elle ne maintient pas sa promesse.

1947: Mouvement d’Insurrection lidéré par le FLN (Front de Libération national)

1954-1962: Guerre d’Indépendance

1958: De  Gaulle reprend le pouvoir en France

1961 (8 Janvier) Referendum en France : Autodétermination

1961 (7 Avril) : Burguiba médiateur (lutte clandestine OAS)

1962 (Mars): Haut. le feu

1962 (Julliet) Référendum  et Indépendance d’Algérie.

 

 

  

HISTORIQUE  

 
 

·        Algérie : Une colonie française  (1834-1963)

En 1934, la France entre en Algérie, mais quelques groupes de berbères armés s’opposent aux colons français, entre eux le leader Abd al-Qadir. Mais cette résistance n’empêche pas l’entrée des colons français.

L’époque de la  Colonie française, apporte une grande prospérité économique à ce pays, mais vraiment il y a de grandes différences entre les colons et les musulmans ce qui  a abouti  à la guerre d’Indépendance (1954-1962) Le gouvernement français organise un référendum, en Algérie, et la plupart des Algériens votent pour l’indépendance de la France.

 

·        Quelques notes sur le film :

 

Le film se déroule pendant  l’année 1965, année du troisième anniversaire de la fin de la guerre d’indépendance de l’Algérie ;  on peut le savoir parce qu’au début du film, quand les hommes partent au travail, la radio parle de la commémoration du troisième anniversaire.

À cette époque, il y a beaucoup d’immigrants algériens qui  habitent en France, dans des «  Bidonvilles » comme Omar et sa famille, en général ils  travaillent dans les usines ou dans les chantiers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

                                                    Jorge Barbó, Daniel Escolano, Fernando Guallar.

RÉSUMÉ

 Omar est un petit enfant de neuf ans de famille algérienne qui habite dans un terrain où son père a construit une baraque et après il a invité son frère et les autres qui fuyaient de la pauvreté ou de la guerre.

Le matin, les filles vont chercher de l’eau au puits pendant que les garçons jouent. Après, ils vont à l’école tous ensemble.

Le père d’Omar, Bouzid, et les autres hommes vont travailler au chantier. Pendant ce temps les femmes font le ménage chez elles.

Quand le camion à ordures arrive tous les enfants vont chercher des choses qui peuvent être outiles.

Bouzid dispute son frère à cause de son abattoir clandestin. Il lui dit que s’il se perd il perdra toute la communauté.

Bouchaoui , un des voisins, parle avec Bouzid ; il est triste, il a le mal du pays.

Comme Omar est déjà un petit homme, Bouzid lui explique la circoncision et la fête qu’il y aura et être musulman et que c’est Allah qui décide, pas lui.

La fête arrive, Omar et Hacène, son ami, sont énervés.

Tout le monde danse et chante mais ils ont peur. L’acte dure peu, ils ont beaucoup de cadeaux mais aussi beaucoup de douleur.

À l’école les garçons pensent que le maître est raciste car tous les algériens sont derniers, mais le professeur met Omar comme exemple parce qu’il est intelligent et travailleur.

Omar se sent seul et il n’est pas accepté par les copains du Chaâba car il veut être le meilleur à l’école, comme son père lui dit toujours. Sa sœur, Zohra, l’aide avec les devoirs, pendant que leur père les regarde mais comme il ne sait pas lire il ne peut pas corriger ses devoirs.

Omar est un bon élève mais les autres garçons du Châaba n’ont pas de bonnes notes et ils l’enguellent et lui reprochent sa conduite car ils pensent qu’elle n’est pas propre d’un arabe.    

Un matin, à l’école, Hacène s’énerve. Il explose, et il attaque le maître. Quand ils arrivent au Chaâba la police est là et comme Omar croit qu’elle vient chercher Hacène il leur montre l’abattoir.

Bouzid se fache, il détruit la boucherie et il met dehors  son frère. Après cet incident, peu à peu, toutes les familles du Chaâba partent.

Seule la famille d’Omar reste entre les décombres et Omar veut déménager. Finalement ils quittent le Chaâba avec des sentiments de tristesse et rage.

Omar commence ainsi à écrire ses mémoires.

 
Paula Jiménez Marlet, Mónica Pilar Morés, Lidia Jimeno Herrera, Nerea Soria Perales

 

RACISME DANS LE GôNE DU CHAÂBA

   Pour commencer, il faut dire que dans le film il n’y a pas de racisme explicite des Français envers les Algériens. Le film nous montre une image des Français définie par la comprehénsion de la situation : un simple heurt des valeurs des cultures française et algérienne.  

Au contraire, les Algériens sont les plus « racistes » dans le film. Ils encouragent leurs enfants à être différents des Français et à se sentir fiers de ça. Par exemple, le père d’Omar lui dit d’être le meilleur à l’école, même meilleur que les Français.

 Les Algériens, plus concrètement les enfants, se servent de leur condition de différence théorique pour justifier leurs erreurs et leurs mauvaises actions. Ça se passe à l’école, quand Sélim dit que le professeur est raciste parce qu’il lui a mis une mauvaise note et il l’a situé au fond de la classe. Le profeseur donne un argument: Omar est très bon en classe et il est Algérien, comme eux. Ça finit avec un affrontement entre les garçons algériens et Omar parce qu’ils pensent qu’il n’est pas comme eux.

Le frère de Omar lui fera comprendre que lui, il est un arabe français en même temps. Hacène a toujours été nul en classe parce qu’il était né en Algérie. Ça prouve encore une fois que le monde arabe présent dans ce film discrimine les Français en pensant qu’eux sont supérieurs. 

Ce film nous montre une vérité: le racisme n’existe pas seulement d’un coté. Le racisme est un sentiment universel mais que l’on peut éviter.

 Pablo Iglesias, Hugo Arasanz, Ignacio Ezquerro.

 

RÉFÉRENCE A LA RELIGION ISLAMIQUE

 Le film (Le gône du Chaâba) nous expose l’importance de la religion islamique dans la vie quotidienne d’immigrants algériens qui habitent dans un bidonville d’une grande ville (Lyon).

Le film nous montre des références de la religion islamique, dans les scènes de la vie quotidienne.

 La religion islamique

Dans une scène du film, les femmes se disputent pour l’eau du Chaâba. La mère d’Omar leur dit qu’elles doivent respecter Allah.

Le Coran énonce clairement que les personnes sont de nature spirituelle et humaine. Elles ont reçu le “souffle divin” qui leur a donné de la dignité et a fait d’eux les gérants de Dieu sur la terre. Les deux font face aux conséquences de leurs décisions et de leurs actions morales.

 La circoncision

 La circoncision est l’excision totale ou partielle du prépuce. La circoncision pour les jeunes et sa non imposition par les adultes vont tout à fait dans les sens de ce que nous avons trouvé dans notre étude. Chez les musulmans c’est une ablation rituelle pratiquée sur les jeunes garçons dont il ne faut pas les priver, qu’il faut affronter avec fierté et orgueil pour devenir un homme.

 

Cet acte, pour les musulmans, définit un rapport d’appartenance à la communauté islamique et c’est aussi un acte imposé par la religion musulmane. C’est pour cela que dans le film la circoncision d’Omar et Hacène est presentée comme une fête très importante. Ils vont recevoir des cadeaux de la part de la communauté arabe. Ils ne vont pas à l’école et ils portent des habits arabes.

Sergio Olivares,  Héctor Pinilla, Miguel Angel Sánchez, Javier Terrado.

 

 

LE RÔLE DES HOMMES ET DES FEMMES ISLAMIQUES

Le film Le Gône du Châaba parle des différences qu´il y a entre l´homme et la femme et leurs rôles respectifs dans cette société.

La vie sociale dans la culture islamique est axée sur l´honneur et la vie familiale, ce sont des aspects qu´il faut absolument préserver et la chargée de le faire doit être la femme, et c´est pour ça qu´il faut que son comportement soit exemplaire. Les hommes s’occupent de ça, ils ont toute l´autorité. On peut voir un clair exemple de cette autorité dans le père d´Omar, il prend toutes les décisions de la famille, comme par exemple la préparation de la circoncision de son fils. La femme devient un objet interdit pour les autres, elle joue le rôle de mère et d’épouse exemplaires.

 Les femmes ne sont pas reconnues socialement qu’à travers la maternité, surtout si elles deviennent mères d´un garçon : N´avoir que des filles sera seulement une maternité incomplète. Les garçons sont beaucoup plus gâtés par les mères tandis que les filles sont soumises à un strict apprentissage du rôle qu´ils devront jouer, elles sont corrigées plus que leurs frères et il leurs faut apprendre à être dociles et résignées. Dés qu´elles son petites elles font déjà des tâches à la maison et gardent leurs petits frères. Par exemple la sœur de Omar et les autres filles qu´on voit dans  le film  elles vont chercher de l´eau et elles aident leurs mères tandis que leurs frères jouent ou font leurs devoirs.

 Dans le film on remarque que la plupart des filles vont au collège mais leur effort et leur intelligence ne sont pas valorisés. Ce qui comte, ce sont les bons résultats des garçons. La reconnaissance maximale pour ces filles sera d´avoir une famille avec beaucoup de fils et de belles filles où elles joueront le rôle d´administratrice du foyer, sous prétexte qu´elles ne peuvent pas faire une autre chose.

       À notre avis, d’abord, il faut élever les jeunes pour qu´ils soient capables de créer un état moderne appuyé sur l´individu.

Gloria Costa, Andrea Maluenda, Alessandra Gil, Isabel Palomar.

 

 

LES VALEURS    

Le film nous montre les valeurs des Français, des Algériens et leurs différences.

      Les valeurs françaises qu’on peut remarquer dans le film sont : le respect, la justice, la patrie, l´obéissance et la politesse.

      Les valeurs algériennes qu’on peut remarquer dans le film sont : la religion, la solidarité, l´hospitalité et la soumission de la femme.

      On peut voir les valeurs françaises notamment a l’école dans les leçons de morale que le maître écrit au tableau tous les jours par exemple :

      Le respect : « À mes parents, à mes maîtres, ma politesse dira mon respect et mon affection »

      La patrie : « Il faut être fort pour pouvoir élever notre famille et contribuer à la grandeur de notre patrie : La France »

      La justice : Grâce à l´enquête, la police découvre l’abattoir clandestin et le responsable sera puni.

      On voit les valeurs algériennes dans la vie quotidienne au Chaaba.

      La religion islamique. Quand ils font une grande fête pour célébrer la circoncision. Le passage d´enfant a homme.

     La solidarité. Le père du protagoniste interpelle le propriétaire de la boucherie clandestin. Ils discutent et Bouzid lui dit : « Ici au Chaâba on est tous solidaires et si l´un de nous se perd, il perdra tous les autres ».

      La soumission de la femme. En rentrant de l’école, les filles doivent travailler (aller chercher de l’eau,…), tandis que les garçons jouent mais elles doivent aider leurs mères dans les taches ménagères. 

     L´honnêteté. A la sortie de l’école, la mère de Nasser demande à Omar d´aider son fils en le laissant copier (« On est tous des Arabes »). Omar n´accepte pas : « Je veux bien l´aider mais pas comme ça, c´est interdit ».

 Les valeurs de Omar, l’enfant protagoniste :

 Le petit Omar, déchiré entre la valeur de solidarité et la justice, il veut être français mais il ne veut pas être exclu du groupe parce qu’il réussit à l’école et il est très triste quand on lui dit : « Si tu étais le dernier de la classe, alors tu serais arabe »

 Isabel Cubero, Laura Galve, Mercedes García, Cristina Griego.

 

Retour page précédente.