Le 18 avril 1906 un séisme d’une amplitude de 7.9 sur l’échelle de Richter (certains ont parlé de 8.5) souleva plusieurs fois le sol et l’un des tremblements de terre les plus dévastateurs qu’a connu San Francisco ravagea la ville en quelques instants ; un premier choc secoua la ville quelques instants auparavant mais fut rapidement suivi par le grand choc.

A la fin de la journée, la ville qui devait son prestige à la célèbre ruée vers l’or n’était plus que ruines, d’autant plus que la rupture des canalisations de gaz provoqua un gigantesque incendie dans le centre. 28.000 immeubles prirent feu et le centre commercial fut en temps en proie au pillage. Certaines secousses allaient jusqu’à 60 secondes.

La destruction des immeubles laissa la moitié de la population sans abri (soit environ 250.000 personnes) ; le nombre officiel des tués fut de 452 morts, mais certaines archives parlent de 700 à 3.000 disparus.

A la fin de la journée, après plusieurs post-secousses, la ville en ruine continua à être la proie des flammes ; l’incendie se poursuivit pendant trois jours faute d’approvisionnement d’eau du à la ruine de la ville.

Le besoin de retourner à une ville normale était quasi frénétique pour les survivants ; bien que les journaux et le gouvernement insistât sur la sécurité du centre-ville, des codes furent désormais institués pour la construction de bâtiments ; les normes furent plus strictes à la demande des habitants.

On dit que ce séisme donna naissance à la sismologie moderne ; une commission fut nommée, menée par Andrew Lawson de l’Université de Berkeley, Californie, et en deux ans elle produisit des cartes, des photos de terrain, des témoignages personnels sur toute la région. Le « Rapport Lawson » publié par l’Institut Carnegie a jeté les bases du type d’investigations sur le terrain
.
 


San Francisco est située sur la faille de San Andreas, une faille de 430 kilomètres au total
qui s’étend loin vers le nord et le sud de la ville, allant certaines failles jusqu’à 6 mètres de large.

 

 

Ce phénomène géologique tendrait, selon les experts, à détacher la Californie du reste du continent américain. La Californie qui s’inscrit dans la « ceinture de feu » du Pacifique, semble s’attendre avec résignation à un nouveau séisme de grande envergure.

 

 

Retour page précédente