M. Ibrahim et les fleurs du Coran.
 

L'histoire, touchante, est toute simple. Un adolescent trouve chez le vieil homme qui habite en bas de chez lui, épicier philosophe de la rue Bleue, un père de substitution. Le garçon est juif, l'aîné musulman. Tous deux sont sans repère. Le Coran leur servira de repère. À la fois film d'apprentissage et conte moral, M. Ibrahim et les fleurs du Coran prend forme dans l'univers fermé du jeune Momo puis ramène M. Ibrahim à son pays d'origine, laissant le voyage à l'imagination du spectateur. On y quitte Paris, ville nerveuse, pour y découvrir le monde d'un vieil homme qui cultive la lenteur et présente le sourire comme un laissez-passer universel.
 

 


Omar Sharif et Isabelle Adjani
Le film, empreint de nostalgie et de bons sentiments, doit beaucoup aux acteurs. Ainsi retrouve-t-on Omar Sharif, sobre, impeccable, dans un rôle plus substantiel que ceux qu'il a défendus ces dernières années. De plus, c'est vraisemblablement avec beaucoup d'humour que le réalisateur a fait appel à la très surnaturelle Isabelle Adjani. Elle tient une fois de plus le rôle d'une star de cinéma, cette fois une Bardot dans la vingtaine.


Michel Coulombe.  Première Chaîne de Radio-Canada. 

 

 

Retour Page Précédente